12 conseils pour aménager un coin méditation à la maison

Intimité, lumière, matières, découvrez comment créer chez vous un espace propice à la pratique quotidienne de la méditation.

Par Anne-Valérie Rocourt pour Houzz

On ne compte plus les mérites attribués à la méditation : apprendre à gérer son stress, à mieux vivre ses émotions ou encore à développer sa créativité... Même les entreprises s’y mettent et commencent à proposer des séances de méditation à leurs collaborateurs. La pratique est simple mais elle reste néanmoins très exigeante : qu’il est difficile de rester sans bouger, alors que tant d’activités nous appellent !

Pourtant, la méditation donne un goût incomparable à la vie, pourvu qu’elle devienne une pratique régulière. Et justement, pour devenir assidu, rien de mieux qu’un petit coin dédié à la maison et quelques rituels tout simples. Suivez les pas d’une ex-dilettante de la méditation, devenue une pratiquante régulière…

1. Le meilleur coin méditation est celui où vous vous sentez bien

Pour pratiquer à la maison, il suffit de peu de chose : idéalement un coussin (mais une chaise peut très bien faire l’affaire) et un espace où vous vous sentez bien. Cela peut être un tout petit recoin aussi bien qu’un endroit dédié dans une des pièces principales de la maison comme le salon. Laissez-vous guider par votre ressenti.

2. Préservez votre intimité

Même s’il est possible de méditer dans un environnement bruyant (cela peut même être un « exercice »), ces conditions ne sont pas favorables. La méditation sera plus ressourçante si vous la vivez dans le calme. Selon votre environnement familial, il est donc important de vous aménager un coin protégé des allées et venues de votre entourage. Cet espace peut tout à fait être très réduit, du moment qu’il est isolé. Notamment si vous avez des enfants qui sont susceptibles de venir vous interrompre ! De plus, l’exiguïté peut créer un sentiment de sécurité et favoriser votre concentration. Rappelons-nous que les moines méditent souvent dans de toutes petites cellules dans leurs moments de solitude. Mais cette perception est très personnelle et certains préfèrent pratiquer dans un espace ouvert.

3. Appropriez-vous l’espace

La notion d’intimité dépend, comme on vient de le voir, de votre environnement familial, mais aussi de votre propre ressenti. Il est tout à fait envisageable de créer un petit coin dans le salon ou dans lachambre. Il est néanmoins important que vous n’ayez pas à aménager cet espace à chaque fois que vous souhaitez méditer. Le simple fait de devoir bouger des meubles pour recréer votre petit coin sera un frein. Et des obstacles, vous allez en rencontrer suffisamment : pas assez de temps, envie de faire autre chose… L’idée est d’instaurer un rituel et de vous donner envie de vous accorder ce moment d’intimité avec vous-même.

Il suffit de prévoir un petit siège, ou un coussin, posé en permanence dans un coin de la pièce. Si vous créez une atmosphère cohérente autour, avec une touche décorative à connotation orientale par exemple (statue de Bouddha, mini-gong…), ou simplement une bougie, vous vous appropriez ainsi l’espace.

4. Quelle assise ?

Habituellement, la méditation se pratique sur un coussin, parfois appelé zafu. Celui-ci peut être rond, rectangulaire, ou en forme de demi-lune. Il permet d’adopter la posture traditionnelle : assis les jambes en tailleur, le dos droit, les bras détendus. Il est d’usage de placer ce coussin sur un petit matelas, comme un futon. Ce dernier permet de protéger les pieds, qui souffrent rapidement de l’appui direct sur un sol dur. Ces deux accessoires ne sont pas très encombrants et peuvent tout à fait trouver leur place, même dans un petit appartement. Pour la méditation assis sur une chaise, il est recommandé d’éviter de s’adosser, afin de rester dans une posture de vigilance. Dans cet esprit, le bon gros fauteuil moelleux est plutôt à éviter : vous risquez de vous y assoupir, ce qui vous éloigne du chemin de la méditation à proprement parler !

C’est un élément de titrage

5. Choisissez des accessoires déco

On a souvent à l’esprit l’image du coussin de méditation austère, ou décoré avec des motifs kitsch, que l’on aurait vite envie de cacher. Pourtant, il existe aussi des modèles recouverts de jolis tissus. Votre coussin devient alors un véritable objet de décoration, que vous pouvez parfaitement intégrer dans votre pièce, comme n’importe quel autre ornement. Libre à vous de choisir les motifs et couleurs qui vous séduisent pour vous l’approprier car il est important qu’il vous plaise, pour que vous ayez envie de le retrouver le plus régulièrement possible. Dans la méditation, c’est l’assiduité qui compte (comme dans toute activité sportive !). Tout ce qui contribue à faciliter votre persévérance est donc positif. Et ce n’est pas parce que la méditation est une pratique d’ordre spirituel à l’origine qu’il faut nécessairement la pratiquer dans l’austérité. Méditer, c’est aussi apprécier la beauté de tout ce qui nous entoure, à commencer par son coussin !

6. Intégrez vos accessoires à votre environnement quotidien

Si la méditation trouve ses racines dans la tradition bouddhiste, il existe beaucoup d’approches pour la pratiquer, dont certaines totalement laïques. Certes, la méditation, c’est sérieux (tout comme les abdominaux !), mais sachons prendre du recul. Il ne s’agit pas de sacraliser à l’excès tout ce qui gravite autour. Il est bon de se créer un coin dédié et d’instaurer quelques rituels, mais un peu de légèreté aide aussi à lui faire une place dans la vie quotidienne. De plus, si elle suscite la curiosité, voire l’inquiétude, de la famille, il peut être important de les aider à accepter cette « intrusion » à la maison. Une petite astuce consiste alors à pleinement intégrer les accessoires dans la vie de la maison : le coussin de méditation peut aussi servir de repose-pieds devant la télévision, ou de petite assise autour de la table basse du salon. Cela aide chacun à l’apprivoiser et vos moments de pratique seront ainsi mieux acceptés.

7. N’hésitez pas à faire cohabiter vos activités

J’aime bien la comparaison que l’on établit parfois entre la méditation et les pratiques sportives, comme le jogging ou la gymnastique : la méditation est l’entraînement de l’esprit, comme le sport est celui du corps. En méditant, vous développez les « muscles » de votre cerveau (capacité d’attention, gestion des émotions, etc.). C’est une manière de voir les choses qui m’aide, quand je me dis que je ferais mieux d’aller courir, plutôt que de passer une demi-heure assise à ne rien faire sur mon coussin de méditation. Dans cet esprit, vous pouvez tout à fait faire cohabiter votre espace dédié au sport – si vous en avez un – et votre coin de méditation. Haltères et vélo d’appartement feront très bon ménage avec votre coussin. Et cela a pour effet bénéfique de vous aider à intégrer ces deux « activités » comme essentielles à votre hygiène de vie. Il ne vous reste plus qu’à alterner musculation des cuisses et musculation des neurones, avec le plus juste équilibre pour vous !

8. Méditez en mezzanine

Si votre maison le permet, la mezzanine peut être idéale pour aménager un coin méditation. Elle vous permet d’avoir un espace semi-isolé : un lieu où vous disposez d’une certaine intimité, sans être complètement coupé de la vie familiale. Dans une mezzanine, on peut assez facilement créer une ambiance « cocon », sans toutefois cet effet de confinement qui peut parfois mettre mal à l’aise. Il suffit de peu de chose pour créer votre coin : coussin, petite lampe diffusant une lumière douce, un objet important à votre rituel (statuette, cloche, bougie…). Certaines personnes préfèrent méditer sous la lumière naturelle, mais si vous n’en bénéficiez pas, vous pouvez jouer sur l’ambiance tamisée et intimiste. Tout dépendra de vos besoins et des possibilités de votre maison. Il n’y a pas de règles absolues, l’essentiel est que vous vous appropriiez l’espace en y apportant votre touche personnelle.

9. Et la lumière ?

La question de la lumière ne peut pas être tranchée de manière radicale. Et c’est une bonne nouvelle ! Il convient en premier lieu de composer avec les contraintes de votre lieu d’habitation. Si vous habitez un appartement plutôt sombre, il suffit d’intégrer cette donnée, ce n’est pas un problème. Bien sûr, si vous avez une maison baignée d’une belle lumière naturelle et avec une vue directe sur la verdure, vous pouvez installer votre coin méditation de manière à profiter de cette connexion à la nature. Dans un environnement urbain et moins lumineux, profitez de cette « contrainte » pour en faire un atout : votre coin méditation sera alors un cocon douillet, intime, que vous pourrez éclairer tout simplement avec quelques bougies. Et pour profiter de la force des arbres, vous pouvez sortir vous balader : on peut parfaitement méditer en marchant !

10. Jouez avec les matières

Pour isoler votre coin méditation, si vous n’avez pas de pièce ou de recoin dédié, vous pouvez utiliser un rideau ou un paravent pour scinder l’espace. Une autre solution consiste à créer une délimitation au sol. En jouant avec différentes matières sur celui-ci, vous pouvez créer visuellement un espace « à part ». Jouez de préférence avec des matériaux naturels, comme la pierre ou le bois (parquet). Et si le moment n’est pas venu de faire des travaux chez vous, un simple tapis peut suffire à créer cet espace privilégié. Là encore, optez plutôt pour des matières naturelles : laine, soie, sisal, bambou… Même remarque pour les teintes, qui s’harmoniseront avec la couleur et les motifs de votre coussin de méditation, quelle que soit votre fantaisie.

11. Instaurez vos rituels

Afin d’ancrer la pratique de la méditation dans votre quotidien, sans attendre de rejoindre un groupe ou de partir en stage, quelques rituels aident à persévérer. Cela commence, bien sûr, par l’aménagement d’un petit coin dédié, où vous vous sentez bien. Il est également important que votre coussin vous convienne pour maintenir la posture, sans trop vous faire mal (même si les maux de dos surviennent souvent au début). Si les douleurs sont un frein, optez sans culpabilité pour la chaise. Ensuite, n’hésitez pas à apporter votre touche décorative personnelle : statue de Bouddha, souvenirs de voyage, pensée inspirante sur un papier accroché au mur… Certains ornent cet espace avec des drapeaux de prières, comme ceux que l’on voit flotter au vent dans les pays où la tradition bouddhiste est forte – au Tibet ou au Népal. La bougie, enfin, n’est pas du tout une obligation, mais elle contribue souvent à renforcer le rituel.

12. Méditez au jardin

Si vous avez un jardin, vous pouvez profiter de cet écrin de verdure pour vous aménager un espace dédié à l’extérieur. Certes, nul besoin d’engager de grands travaux pour vous créer un abri spécial. On peut parfaitement pratiquer la méditation assis tout simplement sur l’herbe. Vous pouvez néanmoins trouver un certain plaisir à avoir votre « cabanon de méditation » au fond du jardin. il peut s’agir d’un simple abri à outils de jardin, que vous aménagez pour vous y sentir bien. Cela peut aussi être un banc, que vous équipez d’un petit abri, pour retrouver l’effet cocon que vous avez à la maison. La pratique de la méditation est souvent plus simple – plus « naturelle » – au contact avec la nature. Alors si vous n’avez pas de jardin, un banc dans un petit parc public suffit pour bénéficier de cet effet ressourçant.

Bien à vous. Dans la sérénité !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :